• {{ msg }}
keyboard_arrow_left Retour au magazine

Acheter ou vendre un bien : quelle est la saison idéale ?

Le marché de l’immobilier obéit -il au rythme des saisons ? Sans aucun doute, affirment les experts.

Le printemps : le moment idéal pour vendre

Sociologues et agents immobiliers s‘accordent sur ce point : l’envie de changement est un symptôme typiquement printanier ! Les statistiques montrent que le marché est particulièrement dynamique entre avril et juin. C’est le moment idéal pour faire jouer la concurrence entre les acquéreurs afin de vendre son bien au meilleur prix. Cette période est particulièrement propice aux propriétaires de maison ou d’appartement de grande surface, car elle coïncide avec la recherche des familles avec enfants souhaitant déménager avant la rentrée scolaire.
Les acheteurs sont généralement pressés et on constate ainsi un pic de ventes durant la saison estivale, qui correspond à des négociations réalisées au printemps. L’autre point positif de cet effet saisonnier s’opère sur les prix de vente, qui sont près de 3% supérieurs à la moyenne annuelle.

L’été : déjouer la concurrence

Après le pic de transactions au printemps, l’été s’inscrit comme la période des déménagements avec la demande qui retombe et le marché qui se renouvelle peu en raison des vacances estivales. C’est donc le moment idéal pour envisager un achat car la concurrence est moins rude. Un laps de temps également propice à la mise en vente pour les propriétaires de logement de petite taille, correspondant à la demande des jeunes actifs sans enfants ou célibataires.

L’automne : un moment critique pour vendre

Les beaux jours ne sont pas les seuls à influencer la tendance sectorielle et l’arrivée de l’automne joue sur le moral des acquéreurs.  Malgré des chiffres de vente en baisse, dû à une demande atteignant son niveau le plus bas, le marché se renouvelle progressivement en cette période. Pour l’acheteur avertit, c’est une bonne période pour investir dans un bien sans se précipiter et obtenir de bonnes marges de négociation.

L’hiver : une reprise progressive

Pour les mêmes raisons concurrentielles qu’en été, vous gagnerez à acheter un bien à partir du début de l’automne, et ce, jusqu’à la fin de l’hiver. Peu de ventes s’effectue en cette période, ce qui vous laissera le loisir de négocier le bien au meilleur prix. D’autant plus si le vendeur est pressé ou que son bien est sur le marché depuis longtemps. L’hiver est une période à éviter si vous êtes propriétaire d’une maison avec jardin, ou que votre logement manque de luminosité.
Il existe néanmoins des exceptions à ces règles et l’année 2016 en est un parfait exemple : grâce aux taux de crédit historiquement bas, le calendrier des ventes a connu un revirement inattendu et décembre s’est révélé le mois le plus fructueux de l’année. Signe que les valeurs cycliques de l’immobilier dépendent bien plus de la conjoncture que de la saisonnalité !