• {{ msg }}
keyboard_arrow_left Retour à l’actu du neuf

Santiago Calatrava et la Gare de Lyon Saint-Exupéry

Signée d'une main de maître par Santiago Calatrava, la Gare de Lyon Saint-Exupéry dessine dans la plaine de Satolas la forme distinctive d'un oiseau sur le point de s'envoler. Un édifice d'une surface totale de 29 800 m², de 400 m de long et de 53 m de large qui ne laisse pas indifférent les 2 millions de passagers annuels.

Gare de Lyon Saint-Exupéry : la nature comme source d’inspiration

Le style architectural de Santiago Calatrava est imprégné par le biomorphisme. En architecture, le biomorphisme, une des composantes du biomimétisme, tente d’établir des correspondances fidèles entre le bâti d’une part et la morphologie ou les mouvements du vivant d’autre part. Pour sa conception, l’architecte a travaillé ici l’analogie avec un oiseau prenant son envol.

Les poutres de béton évoque le squelette de l’oiseau tandis que le verre et métal, utilisés pour le hall et la verrière, rappellent des ailes évasées. Les deux arcs de métal de 120 mètres de long et 40 mètres de haut qui surplombent tout l’édifice se rejoignent à l’Ouest pour former un bec long et replié. Les courbes aériennes sont un trait distinctif de l’œuvre de Calatrava. Une inspiration similaire s’observe dans une autre de ses réalisations françaises : le Pont de l’Europe, construit entre 1996 et 2000 à l’Ouest du centre-ville d’Orléans. Ce pont de type “bow string” a la particularité de présenter un arc métallique incliné, à la manière d’une aile déployée.

Santiago Calatrava et la Gare de Lyon Saint-ExupéryGare de Lyon Saint-Exupéry - Agence Lybellule

Pourquoi le choix d’un oiseau ? La Gare de Lyon St Exupéry est l’une des premières stations TGV à desservir un aéroport. Elle est mise en service le 3 juillet 1994, 7 semaines après celle de Roissy Charles de Gaulle. L’envol de l’oiseau symbolise cette connexion multimodale, point d’entrée vers le transport aérien. Pour appuyer cette symbolique, la gare est construite face à l’aéroport et y est reliée directement par une longue passerelle de 250 mètres. 

Calatrava a souhaité forcer la symétrie avec l’aéroport, conçu en 1970 par l’architecte Guillaume Gillet, en reprenant certains éléments de sa construction. L'infrastructure de l'aéroport comprend un édifice central autour duquel s'articule deux ailes basses, perforées de puits de lumière. Cette même disposition a été retenue pour la construction de la nouvelle gare avec, de part et d’autre du corps de l’oiseau, un long toit couvrant les rails sur plus de 400 mètres. Les puits de lumière y sont également présents, bien que leur design ait été revu.

Gare de Lyon Saint-ExupéryGare de Lyon Saint-Exupéry - Agence Lybellule

Pour Santiago Calatrava, le mouvement est créé par l’environnement extérieur

Les cinq voies en tranchée de la gare sont traversées par des trains pouvant circuler à pleine vitesse. Les voyageurs circulent au-dessus sur un espace déambulatoire de 300 mètres de long.

À ses débuts, la gare est avant tout une gare de passage à destination des Alpes ou de la Méditerranée. Installée à une vingtaine de kilomètres de Lyon, les trains pouvaient la traverser à pleine vitesse sans décélérer. Initialement, la SNCF n’envisageait même pas d’arrêt au niveau de l’aéroport, la ligne devant passer à 4 km de l’aérogare. C'est l'annonce de l'attribution à la France des Jeux Olympiques d'Hiver en 1992 à Albertville (Savoie) qui convainc en 1988 les pouvoirs publics de l’utilité de cette connexion. Cependant, les correspondances TGV/aéroport n’ont jamais représenté qu’une faible proportion du trafic global.

Gare de Lyon Saint-ExupéryGare de Lyon Saint-Exupéry

La construction d’une liaison efficace avec le centre-ville n’est, quant à elle, initialement pas retenue par manque de moyens. Ce n’est qu’en février 2001 que le Conseil Général du Rhône et le SYTRAL (Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l'agglomération lyonnaise) décident conjointement d'entreprendre la création d'une liaison tramway baptisée Rhônexpress qui sera mis en service en août 2010. 

En 1989, Santiago Calatrava remporte le concours d’architecture dans ce contexte compliqué. On peut alors imaginer aisément ces ailes monumentales soulevées par le mouvement des trains qui passent à toute allure sans s’arrêter en gare.

Santiago Calatrava et la Gare de Lyon Saint-ExupéryGare de Lyon Saint-Exupéry

Pour prendre l'air, prenez la 1ère à droite juste après le canapé.

Jusqu'au 9 novembre, inscrivez-vous pour profiter des frais de notaire offerts, et concrétiser votre rêve de devenir propriétaire.

J'en profite