• {{ msg }}
keyboard_arrow_left Retour au magazine

Le logement : futur lieu de travail ?

La réforme du Code du travail prévoit la possibilité pour les salariés de demander à travailler occasionnellement à la maison. Les Français sont majoritairement favorables à ce que le logement devienne de temps en temps, un lieu de travail.

Les sondages sont nombreux à le démontrer : les Français se sentent bien chez eux. Le logement est perçu comme un cocon où l’on trouve refuge. Un lieu de convivialité et d’attache émotionnelle, qui s’avère également être un endroit où le travail a sa place.

Les récentes annonces du gouvernement vont d’ailleurs dans ce sens. L’article 21 de l’ordonnance sur la prévisibilité et la sécurisation des relations au travail (publiée dans le Journal Officiel de septembre 2017) est venu assouplir les règles concernant le télétravail.

Ses effets sont immédiats et le texte prévoit notamment que les salariés pourront demander à leur employeur d’exercer leur activité à domicile de façon occasionnelle. À l’employeur de motiver sa décision en cas de refus. Tous les détails des nouvelles modalités applicables sont consultables sur le site de l’Administration.

Selon une étude menée par l’IFOP en février 2018, 25% des salariés français pratiquent le télétravail au moins une journée par semaine. Les chiffres officiels du Ministère du Travail révèlent quant à eux que 61% des salariés se laisseraient tenter par le télétravail s’ils en avaient la possibilité.

Cadre familier = productivité accrue

Pour le salarié, travailler à la maison présente de nombreux avantages. On oublie ainsi le stress et le temps perdu liés aux transports. Pas de relations « directes » à gérer avec les collègues, ni de tenue à choisir le matin.

Travailler à la maison c’est aussi l’autogestion d’une multitude de paramètres (ambiance sonore, position de travail, rythme de travail…).
Pour l’employeur, le travail à domicile est aussi l’occasion de « reposer » le salarié tout en favorisant la productivité de ce dernier. « En open space, le salarié est interrompu dans son travail environ 150 fois par jour. Alors que le télétravailleur n’est confronté qu’à 40 ou 50 perturbations journalières », expliquait Cécilia Durieu directrice associée de Greenworking, cabinet de conseil spécialisé sur le télétravail.

Parce qu’ils sont enclins à compenser le temps qu’ils ne passent plus dans les transports, 57% des télétravailleurs sondés en 2018 par l’Observatoire du télétravail et de l’ergostressie (Obergo), ont ainsi constaté qu’ils travaillent plus longtemps qu’au bureau.

Un marché en création

Le logement est le lieu de réunion de la famille et le théâtre de la majeure partie des loisirs. Les Français n’ont désormais plus peur de devoir y travailler. Preuve en est avec le développement de dizaines de tutoriels destinés à aménager un espace de bureau à la maison.

Toutes les habitations ne sont en effet pas pourvues d’un tel aménagement. Beaucoup n’y ont d’ailleurs surement pas pensé au moment d’acheter, y compris dans le neuf où le choix est permis