• {{ msg }}
keyboard_arrow_left Retour

Investissement locatif en résidence services : le parcours de Thierry pour préparer sa retraite

Thierry sait qu’il y a mille et une façons d’investir dans l’immobilier. Propriétaire de deux biens à Marseille, il s’est tourné vers un appartement neuf en résidence de services pour son troisième investissement. Avec ce T2 à Salon-de-Provence, il a su diversifier son portefeuille, tout en profitant d’une défiscalisation intéressante.

À 53 ans, Thierry est divorcé et vit à Aubagne. Chef d’une entreprise de plomberie, il a déjà acquis deux studios dans le centre de Marseille. Pour compléter les montants de sa future retraite, Thierry a choisi d’investir dans un logement neuf, situé dans une résidence de services pour séniors à Salon de Provence. Un investissement tout compris et clé en mains

Anticiper la baisse de ses revenus à la retraite

L’activité de Thierry tourne à plein régime depuis une quinzaine d’années : « Je viens de recruter un nouvel apprenti plombier pour m’épauler au quotidien ». Disposant aujourd’hui de revenus confortables, l’artisan sait toutefois que ses ressources vont diminuer au moment de la retraite. 
Thierry s’est donc lancé il y a 10 ans dans l’investissement immobilier. « Différentes solutions étaient possibles comme l’épargne bancaire. J’ai préféré me tourner vers la pierre, pour son côté tangible. De plus, cela reste une valeur refuge ». Il acquiert à cette époque deux premiers studios de 15 et de 17 m2 dans le centre de Marseille.

La cinquantenaire approchant, Thierry a souhaité investir dans un troisième bien immobilier : « mon objectif est que la mise en location de mes différents appartements me rapporte dans les 1000€ par mois, pour compenser la baisse de revenus lie à l’arrêt de mon activité au moment de la retraite, ». 

 

Pourquoi le neuf ?

Pour son 3ème investissement, Thierry se tourne vers un appartement neuf dans une résidence de services. Cette formule le séduit particulièrement car la gestion du bien est confiée à un professionnel et les loyers sont sécurisés. « Pour moi cela signifiait des gains de temps et surtout d’énergie ». En se documentant davantage, Thierry apprend que cet investissement lui permettrait de récupérer la TVA grâce à la location en LMNP. « Pour un bien acheté 168 000€, la TVA représente tout de même plus de 33 000€ ». Il peut aussi profiter du dispositif Censi-Bouvard avec à la clé, une réduction d’impôt égale à 11 % du prix du bien Hors Taxes sur 9 ans. 
Pour Thierry, le choix d’un logement neuf est aussi l’assurance de proposer un bien de qualité à la location. Un logement sécurisé, dont les équipements et l’agencement s’adaptent précisément aux séniors et aux personnes à mobilité réduite.

Résidences de services séniors : une forte demande 

« Aujourd’hui, les résidences meublées pour les séniors rencontrent un franc succès. C’est un marché d’avenir puisque la population française vieillit. Notre pays compte 15 millions de séniors, 700 000 de plus chaque année, et le manque d’infrastructures adaptées est réel. Actuellement, beaucoup d’investisseurs se tournent vers les résidences services pour séniors. C’est l’opportunité d’augmenter ses revenus grâce aux loyers perçus et de se constituer un patrimoine. Les investisseurs approchant de l’âge de la retraite peuvent, quant à eux, disposer d’un bien où ils pourront aussi habiter, un peu plus tard dans leur vie... »
Anasse Merghadi – Conseiller en patrimoine – groupe Cogedim

 

Les étapes du projet

Une fois sa décision prise, Thierry a tout d’abord contacté un promoteur immobilier par téléphone. Ils ont étudié ensemble la capacité d’épargne de l’investisseur lors d’un rendez-vous. Le conseiller lui a ensuite proposé quelques programmes immobiliers, dont un tout près, à Salon de Provence, qui plaît particulièrement à Thierry. « C’était le programme le plus proche de chez moi, et je connais bien cette ville. Je la trouve agréable. »
Au cours d’un second rendez-vous avec son conseiller, Thierry signe le contrat de réservation. Parallèlement, il contacte un courtier grâce auquel il décroche un emprunt bancaire. La livraison du logement étant prévue 24 mois plus tard, Thierry n’hésite pas à se rendre régulièrement sur le chantier « pour en suivre l’avancement ». 
Tout au long de son projet, il est accompagné par un interlocuteur dédié. « Ces échanges et points réguliers m’ont rassuré et m’ont conforté dans mon choix », avoue Thierry. 

 

Et demain ?

Thierry entend conserver ce bien immobilier neuf après les 9 ans de défiscalisation. Il pourrait même y poser ses valises dans un avenir plus lointain. « Bien que ma stratégie initiale soit de percevoir des loyers pour bénéficier de revenus complémentaires à la retraite, il est tout à fait possible que je décide finalement d’habiter dans cette résidence sénior. Cela dépendra notamment de mon état de santé ! »