• {{ msg }}
keyboard_arrow_left Retour

Qui a la charge des travaux de mise aux normes en loi Pinel?

Les travaux de mise en conformité constituent les travaux que l’administration prescrit spécifiquement pour un local, le plus souvent concernant la sécurité ou l’hygiène ainsi que les travaux qui permettent d’adhérer aux normes administratives (lois ou certaines réglementations en fonction du domaine dont il est question). En cas de non-respect des normes fixées, des sanctions pouvant prendre la forme d’amendes, de condamnations, de fermetures d’établissements, voire même d’interdictions d’exercer sont à prévoir pour le propriétaire des lieux. Pour savoir qui, entre le locataire et le bailleur, a la charge de ces travaux, il est important de se référer à la loi Pinel. Cette dernière énonce depuis le 18 juin 2014 que la répartition de la charge des travaux de mise en conformité ne repose désormais plus uniquement sur le locataire. De ce fait, lors de la conclusion d’un bail commercial, on doit prendre en compte trois cas différents.

Bail commercial signé avant le 5 novembre 2014

Dans ce premier cas de figure, un bail commercial a été signé avant le 5 novembre 2014 et comprend une clause mettant à charge le locataire des travaux d’accessibilité, de manière explicite. De façon plus générale, cette dernière peut également comprendre tous les travaux que l’administration prescrit.

Il est, de plus, important d’insister sur l’explicitation de cette clause. En effet, il s’agit de son critère de légalité selon la Cour de cassation. Si la clause n’est pas assez explicite, il est quasiment sûr que le juge l’écartera. De ce fait, il est primordial d’inscrire clairement sur le bail que les travaux de mise aux normes sont à la charge du locataire, car les juges usent souvent d’une jurisprudence qui rejette toutes les clauses qui sont jugées « pas assez claires ». Notez enfin que la clause en question ne prend effet qu’après signature du bail commercial.

Bail commercial ou renouvelé signé après le 5 novembre 2014 et comportant une clause dérogatoire

Dans ce deuxième cas, un bail commercial a été signé après le 5 novembre 2014 et comprend une clause mettant à la charge du locataire des travaux de mise aux normes, de manière explicite. La loi Pinel est complétée par le décret n°2014-1317 du 3 novembre 2014 relatif au bail commercial. Dans ce dernier, l’article R. 145-35 a été inséré dans la partie Code de commerce pour apporter des précisions sur l’ensemble des charges qu’il est impossible de mettre au compte du locataire. Selon le premier point de cet article, il n’est pas possible de mettre à charge le locataire des « dépenses relatives aux grosses réparations mentionnées à l’article 606 du Code civil ».

De ce fait, il est important de faire la distinction entre deux cas lorsqu’il est question de travaux de mise aux normes si le bail commercial contient une clause dérogatoire :

  • Si les travaux constituent de grosses réparations comme l’indique l’article 606 du Code civil. Dans ce contexte, les réparations sont à la charge du bailleur. Cela s’applique même si une clause mettant à la charge du locataire des travaux de grosses réparations est inclue dans le contrat. Cette dernière serait donc réputée non-écrite (clause abusive).
  • Si Les travaux ne constituent pas de grosses réparations comme l’indique l’article 606 du Code civil. Ici, dans le cas où une clause stipule explicitement que les travaux doivent être à la charge du locataire, alors ce dernier devra s’en acquitter.

Actuellement, l’interprétation du juge de l’article 606 du Code civil n’est pas totalement claire. En effet, les avis jurisprudentiels varient entre une vision restrictive et une vision extensive lorsqu’il est question de grosses réparations.

Bail commercial signé ou renouvelé après le 5 novembre 2014 et ne comportant pas de clause dérogatoire

Dans ce troisième et dernier cas, un bail commercial a été signé après le 5 novembre et ne comprend pas de clause mettant à la charge du locataire des travaux prescrits par l’administration. Ce sera donc cette fois au propriétaire de réaliser tous les travaux énoncés par l’administration, en vertu de l’article 1719 du Code civil. En effet, selon ce dernier, le propriétaire se doit d’entretenir le local qu’il s’apprête à mettre en location en état de servir à l’usage pour lequel le locataire en a besoin. Le bailleur a donc l’obligation de prendre en charge les travaux de mise en conformité pendant la durée du bail commercial afin de conserver son bien en état de servir à l’usage commercial.