• {{ msg }}
keyboard_arrow_left Retour au glossaire

Loueur en Meublé Non Professionnel

Le statut de Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) est accessible à tout contribuable souhaitant investir dans un bien immobilier neuf pour le louer. Quelques clés pour comprendre ce statut et son cadre fiscal.

Un cadre fiscal spécifique

Le statut de Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) fait partie des dispositifs fiscaux permettant d’investir dans l’immobilier. Cet investissement de long terme propose un cadre fiscal avantageux à tout investisseur qui, après avoir acquis un bien neuf, souhaite le mettre en location meublée à usage d’habitation principale. La gestion courante du bien reste à la charge de l’investisseur.

Selon l’article 15-4 de la loi du 6 juillet 1989, le logement concerné doit être équipé de façon spécifique avec « un mobilier en nombre et en qualité suffisants pour permettre aux locataires d’y dormir, manger et vivre convenablement au regard des exigences de la vie courante ».

Ce dispositif concerne également les résidences services (seniors, étudiantes et tourisme). Dans ce cas, la gestion courante du bien est à la charge d’un gestionnaire-bailleur qui garantit des revenus mensuels réguliers à l’investisseur.

Bon à savoir !

Le statut de LMNP est uniquement applicable aux foyers fiscaux dont les revenus issus de la mise en location du bien (recettes locatives) ne dépassent pas 50 % de leurs revenus globaux.

Les atouts de l’investissement en LMNP

L’investissement en LMNP est rattaché au régime fiscal des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC). En conséquence, il permet de bénéficier de deux avantages fiscaux :

  • L’exemption de l’imposition sur les revenus fonciers
  • La possibilité de déduire des loyers encaissés l’essentiel des charges liées à l’investissement (coûts d’acquisition d’immeuble, frais de comptabilité, frais de notaire). Ceci constitue un atout majeur de la location meublée pour réduire l’impôt sur les bénéfices réalisés.

Enfin, avec le statut LMNP, il est possible d’amortir jusqu’à 85 % de la valeur immobilière et 100 % du mobilier.