• {{ msg }}
keyboard_arrow_left Retour à l’actu du neuf

Parlons Immo - Ep 1 : l'immobilier neuf coûte-t-il plus cher que l'ancien ?

L'univers de l'immobilier neuf renferme de nombreuses idées reçues. Parlons Immo, votre nouvelle web série, vous propose d'aller à la rencontre des passants pour recueillir leurs avis sur ces différentes idées reçues. Dans ce premier épisode, nous interrogeons les participants sur les coûts de l'immobilier neuf par rapport à l'ancien. Découvrez-vite cela en image !

Youtube est désactivé. Autorisez le dépôt de cookies pour lire la vidéo.

Autoriser

Les biens immobiliers neufs sont souvent jugés plus chers que ceux de l’immobilier ancien. Pourtant, entre dispositifs d'aide et investissements annexes, il existe de nombreux éléments à prendre en compte dans le prix de revient de votre achat immobilier.

Pourquoi le neuf est-il plus économique ?

•    Des frais de notaire réduits

Pour tout achat de bien immobilier, vous devez payer au notaire des frais d'acquisition, en grande partie reversés à l’État et aux collectivités territoriales sous forme d'impôts et de taxes, et qui représentent 2% à 3% du prix d'achat dans le neuf, contre 8% dans l'ancien. Cette réduction provient notamment de la taxe de publicité foncière, qui est de 0,715% pour un bien immobilier neuf, contre 5,80% pour un bien ancien.

•    Exonération de la taxe foncière

En achetant un bien immobilier neuf, vous pouvez bénéficier d'une exonération totale ou partielle de la taxe foncière, et ce pendant une durée de deux ans, un délai calculé au 1er janvier de l'année suivant celle de la finalisation de la construction de votre logement. Cette exonération sera totale si elle porte sur les parts régionales, départementales et communales. Dans certains cas, il vous sera demandé de vous acquitter des parts communales et vous bénéficierez alors d'une réduction de votre taxe foncière.

•    Des économies d'énergie grâce aux exigences des dernières normes en vigueur

Faire le choix du neuf, c'est avoir la garantie de réaliser des économies d'énergie, puisque votre bien suit des standards de construction définis par les dernières normes du secteur, et notamment par la réglementation thermique (RT), qui limite la consommation énergétique annuelle. Le seuil annuel de consommation est ainsi passé de 225 kWh/m² en 1974, date de la première RT, à 50 kWh/m² depuis 2012. La RT2012, à laquelle répondent actuellement tous les logements neufs, instaure l'utilisation d'une source d'énergie renouvelable et renforce les qualités d'isolation thermique, de chauffage, d'éclairage, de climatisation, de ventilation et de production d'eau chaude sanitaire. La RT2012 doit être remplacée au 1e janvier 2022 par la réglementation environnementale RE2020, qui rabaisse la consommation annuelle à 13  kWh/m² maximum et instaure la construction de bâtiments à « énergie positive », c'est-à-dire produisant plus d'énergie qu'ils n'en utilisent. Les logements neufs vous permettent également de bénéficier d'équipements innovants et économes, ainsi que d'objets connectés afin d'accompagner votre consommation énergétique et de régler à distance la luminosité et le chauffage.

•    Des travaux de remise à neuf à prévoir pour l'immobilier ancien

En acquérant un bien immobilier ancien, vous n'être pas à l'abri de devoir entreprendre une rénovation à court et moyen terme, ce qui n'est pas le cas pour un logement neuf, qui répond aux dernières normes de construction et vous est livré finalisé, avec des garanties et des assurances optimales. L'immobilier neuf vous protège donc des imprévus financiers et rassure votre banque, qui se montera alors plus flexible dans les possibilités de financements qu'elle vous proposera.

Comparatif couts immobilier neuf immobileir ancien - Cogedim

Au moment de l'acquisition le prix d'un bien immobilier peut être inférieur à celui d'un logement neuf, mais ce dernier offre de nombreux avantages qui en font un bien moins cher sur le long terme, sans travaux à prévoir et avec des frais et des charges réduits.

Des dispositifs d'aide ciblés sur le neuf

•    LMNP (Loueur en Meublé Non Professionnel)

Le statut LMNP facilite l’investissement dans un logement indépendant ou une résidence locative meublée neuve en vous offrant une défiscalisation intéressante et la récupération de la TVA.

•    Pinel

Si vous décidez de vous lancer dans un investissement locatif dans le neuf dans une zone dite « tendue » (zone A, A bis ou B1), vous bénéficierez d’une défiscalisation au titre du dispositif Pinel : 12 % du montant de l’investissement en contrepartie d’une mise en location de 6 ans et 18 % pendant 9 ans (soit 2% par an), un engagement qu’il est possible d’étendre pour 3 années supplémentaires.

•    Prêt à taux zéro

Dans les secteurs à forte demande en logements (zones A bis, A et B1 du dispositif), les primo-accédants d’un logement neuf peuvent également bénéficier, sous condition de revenus, d’un prêt à taux zéro (PTZ) pouvant atteindre jusqu’à 40% du montant de la transaction. Dans ces zones, les acheteurs d’un bien ancien ne bénéficient pas de ce coup de pouce financier.

•    Nue-propriété

L'investisseur en nue-propriété ne peut occuper ou louer le bien immobilier dont il ne possède que les murs. Il bénéficie d'une décote sur le prix d'achat, de l'ordre de 30 % à 40 % de la valeur du bien en pleine propriété. Il est déchargé de tous les soucis inhérents à un investissement locatif puisque l'usufruit du bien est simultanément acquis par un bailleur institutionnel. Ce dernier prend également en charge le coût de l'ensemble des travaux d'entretien et charges ainsi que la taxe foncière.

•    Dispositif Censi-Bouvard

Ce dispositif concerne les investissements locatifs dans les résidences de services neuves (EHPAD, résidences étudiantes, touristiques, d'affaires). Il permet d’économiser jusqu’à 11% du montant investi plafonné à 300 000 euros soit jusqu'à 3 666 € de réduction d'impôts par an pendant 9 ans.

Investir dans le neuf, c’est bénéficier d’aides conséquentes pour votre achat immobilier, auxquelles s’ajoute la garantie de ne pas avoir d’investissements supplémentaires liés à de la rénovation ou des vices cachés. Des économies importantes qu’il est essentiel de prendre en compte lorsque l’on compare le prix d’achat d’un bien immobilier neuf et d’un logement ancien.